T P O

T   P   O
The Patient Ox (aka Hénock Gugsa)

G r e e t i n g s !

** TPO **
an irreligious blog
with egalitarian and individualist tendencies!


On the menu ... politics, music, poetry, and other good stuff.
There is humor, but there is blunt seriousness here as well!


Parfois, on parle français ici aussi. Tous sont les bienvenus!

Intelligent comments are always welcome!
Showing posts with label Français. Show all posts
Showing posts with label Français. Show all posts

Thursday, October 5, 2017

Le grand Fernandel! ~ par Hénock Gugsa


Le grand Fernandel! 
~ par Hénock Gugsa ~

click to enlarge ... cliquez ici pour agrandir
The great Fernandel (1903-1971)
~ a French national treasure! ~
~ trésor national de la France! ~




Wednesday, October 4, 2017

Les Filles de Illighadad - par Hénock Gugsa


Les Filles de Illighadad 
- par Hénock Gugsa -
===== *** =====
Les Filles de Illighadad - en Niger, Afrique Occidentale
~ Fatou Seidi Ghali & Alamnou Akrouni ~ 


video




Saturday, August 19, 2017

"Le Tourbillon de la Vie ! " ~~ chanson de Jeanne Moreau


video

 " LE TOURBILLON "
Mots: Boris Bassiak [alias Serge Rezvani]
======================
Elle avait des bagues à chaque doigt
Des tas de bracelets autour des poignets
Et puis elle chantait avec une voix
Qui, sitôt, m'enjôla


Elle avait des yeux, des yeux d'opale
Qui me fascinaient, qui me fascinaient
Y avait l'ovale de son visage pâle
De femme fatale qui m'fut fatal
De femme fatale qui m'fut fatal


On s'est connu, on s'est reconnu
On s'est perdu de vue, on s'est r'perdu d'vue
On s'est retrouvé, on s'est réchauffé
Puis on s'est séparé


Chacun pour soi est reparti
Dans l'tourbillon de la vie
Je l'ai revue un soir, aïe, aïe, aïe
Ça fait déjà un fameux bail
Ça fait déjà un fameux bail


Au son des banjos je l'ai reconnue
Ce curieux sourire qui m'avait tant plu
Sa voix si fatale, son beau visage pâle
M'émurent plus que jamais


Je me suis soûlé en l'écoutant
L'alcool fait oublier le temps
Je me suis réveillé en sentant
Des baisers sur mon front brûlant
Des baisers sur mon front brûlant


On s'est connu, on s'est reconnu
On s'est perdu de vue, on s'est r'perdu de vue
On s'est retrouvé, on s'est séparé
Puis on s'est réchauffé


Chacun pour soi est reparti
Dans l'tourbillon de la vie
Je l'ai revue un soir ah! là là
Elle est retombée dans mes bras
Elle est retombée dans mes bras


Quand on s'est connu, quand on s'est reconnu
Pourquoi s’perdre de vue, se reperdre de vue ?
Quand on s'est retrouvé, quand on s'est réchauffé
Pourquoi se séparer?


Alors tous deux on est repartis
Dans le tourbillon de la vie
On a continué à tourner
Tous les deux enlacés
Tous les deux enlacés

Tous les deux enlacés !
         

Wednesday, March 15, 2017

Jean-Baptiste, the Farmer/Trader - by TPO


click on the picture to enlarge !


Jean-Baptiste, the Farmer/Trader *
(A folk tale from Lorraine in Northeast France)*
===============================


In days of yore, in France as elsewhere in the world, the economy or business activity of societies was not very sophisticated because money was scarce.  Everything was done at a very basic level of simple barters or trade exchanges.  Farmers were traders, and there were no middle men because the exchanges were made directly between the farmers at the market place or village fair.

So then to our story … there once was a poor farmer named Jean-Baptiste and his wife Marguerite who worked hard and lived humbly at their little farm in the countryside. 

One day, Marguerite said to her husband, "Jean-Baptiste, we are so poor this year that we won't pull through at all unless you go and do a little trading at the market.  I hear that farmers go there and do some business and are prospering nicely.  Even our neighbor has become wealthy and has money."

But her husband protested, "But dear Marguerite, you know that I don't know how to trade." 

"Don't say that, darling.  Trading is not all that difficult, all you need to do is exchange what we have for what we don't have."

"I tell you I'll do a bad job of it, and you will be angry with me … and you'll stop speaking to me."

"My dear husband, I know that we'll not always succeed in our efforts, but nothing can stop us from trying.  We have a cow ... go take her to the market and do some trading.  After that, we'll see how we have done."

So, Jean-Baptiste took the cow out of the barn and set off on his way to the market.  He had not gone very far when he ran into another peasant who was dragging a goat behind him.

> Hey, Jean-Baptiste, where are you headed?
> I’m on my way to do some trading at the market.  But I don’t know how I’ll do there.
> That is not complicated at all.  What will you be bartering there, my lad?
> My wife wants me to trade our cow.
> Well … you don’t have to go any further.  I’ll trade my goat for your cow right here and right now.

Jean-Baptiste reflected on the matter.  He took his hat (his beret) off, and scratched his head.  Then, he said, “Good, agreed.  It’s a deal.”

Decisively and on the spot, he bartered the cow for the goat and resumed his journey.  While trudging through a long stretch of land, he came across a peasant who was carrying a goose in his arm.

“And where may you be headed, Jean-Baptiste?” The peasant inquired.
> I’m going to the fair to trade my goat.
> Ah!  So you barter, do you?  And what do you have to trade as such?
> Well, to start with, I traded my cow for this goat.  Now I’m going to barter this goat.
> Alright then, you are doing really well.  The more one trades, the better one gets in business.  Would you care to trade your goat for my goose?

Jean-Baptiste agreed, and the two exchanged their animals.  Our hero set off again on his way to the market … but this time, with a goose in his arm.  A bit further down the road, he met a man carrying a rooster in a basket.  Pretty much in the same fashion, Jean-Baptiste bartered again and he traded the goose for the rooster.

At long last, he arrived at the village and, just at the entrance, he observed an old woman who was collecting dung in the street.

He asked the woman, “Do you ever make money from that?”
“Enough,” she replied.
“Would you trade the dung for my rooster?”

The old woman did not hesitate for a second, and they right away exchanged their possessions.  Quite content with his trading so far, Jean-Baptiste arrived at the main fair where he met his wealthy neighbor.

> Hey, there you are, Jean-Baptiste.  Did your bartering go well?
> Oh that, yes.  I traded my cow for a goat.
> But, what is Marguerite going to say about that?
> She will be content.  But that’s not all.  After that, I traded my goat for a goose, and the goose for a rooster.
> You parted with your cow for just that … you have been doing some strange trading.  Are you sure Marguerite will be happy?
> I tell you she will be quite content.  I’m very certain of it.
> She must not be a difficult person to please then.  But me, I would not want to be in your shoes when you return home tonight.
> Hold on, that’s not all.  Later, I bartered the rooster for the dung that I have here with me.
> Well, okay.  I won’t say anything more.  If your wife does not get mad this time, I will have seen everything.
> Marguerite will be quite happy.
> Really?  Well, I doubt that.
> That’s because you do not know her like I do.
> Well then let’s bet on it.
> How much?
> I’ll bet you two-hundred francs.  If she gives you trouble, you’ll pay me.  If she does not, it will be me who pays up.
> Alright.  Agreed!

So, they both together returned to Jean-Baptiste’s farm and entered his cottage.

> Well, Jean-Baptiste, did you do good business?
> Of-course, my Cherié.  I traded our cow for a goat.
> So much the better.  We don’t have enough hay for a cow anyway.  But it will be enough for a goat; and what’s more, the goat will give us some milk.
> Yes, but then I bartered the goat for a goose.
> Very good.  Just what I've wanted … I’ll have enough feathers for our pillows.
> Yes, but then I traded the goose for a rooster.
> That’s very good indeed.  I have noticed that we oversleep in the morning.  It could wake us up at a good, early hour in the morning.  That would give us an extra hour for our work!
> But, then finally, I bartered the rooster for this dung that I brought home with me.
> Even better.  It is needed in our garden.  My flowers will grow and bloom so well, and I will be able to make beautiful bouquets.

The neighbor had heard enough.  He said, “Here are your two-hundred francs, Jean-Baptiste.  But, above all promise me, don’t ever trade your wife for anything.  You will never find anything to equal her worth!”
______________________________________________
*Source : Vary, Andrée , “Les Trocs de Jean-Baptiste”, Contes et Légendes de France, National Text book Company, 1993 
______________________________________________
*Revised, adapted, and translated from the French original by: Hénock Gugsa
 

Monday, October 31, 2016

" En hiver la terre pleure; ..." ~ Victor Hugo



En hiver la terre pleure
Poème de VICTOR HUGO
~~~~~~ **** ~~~~~~

En hiver la terre pleure ;
Le soleil froid, pâle et doux,
Vient tard, et part de bonne heure,
Ennuyé du rendezvous.

Leurs idylles sont moroses.
Soleil ! aimons ! Essayons.
O terre, où donc sont tes roses ?
Astre, où donc sont tes rayons ?

Il prend un prétexte, grêle,
Vent, nuage noir ou blanc,
Et dit : C'est la nuit, ma belle !
Et la fait en s'en allant ;

Comme un amant qui retire
Chaque jour son coeur du noeud,
Et, ne sachant plus que dire,
S'en va le plus tôt qu'il peut.


Wednesday, June 15, 2016

La compassion et la foi sont suprêmes ici! - par TPO


Père Pedro
La compassion et la foi sont suprêmes ici! 
- par TPO -

Père Pedro et l’Association AKAMASOA à Madagascar ! ==========================================
*** Christianity's main concern is (and always ought to be) the poverty and the destitution of children. Père Pedro is the Lazarist miracle worker whose faith and whose drive has helped the Malagash poor extricate themselves out of misery. Give me one Père Pedro for a hundred Billy Grahams any day!! ***

video


Tuesday, June 30, 2015

Plaisir d'amour - de Jean-Pierre Claris De Florian


Jean-Pierre Claris De Florian (1755-1794)

Plaisir d'amour
 Poème de Jean-Pierre Claris De Florian
~~~~~~~ **** ~~~~~~~
Plaisir d'amour ne dure qu'un moment,
Chagrin d'amour dure toute la vie.

J'ai tout quitté pour l'ingrate Sylvie,
Elle me quitte et prend un autre amant.
Plaisir d'amour ne dure qu'un moment,
Chagrin d'amour dure toute la vie.

Tant que cette eau coulera doucement
Vers ce ruisseau qui borde la prairie,
Je t'aimerai, me répétait Sylvie ;
L'eau coule encore, elle a changé pourtant !

Plaisir d'amour ne dure qu'un moment,
Chagrin d'amour dure toute la vie.

video


Monday, March 23, 2015

Comment le ciel est devenu grand - Conte Apache


les enfants persévérants
Comment le ciel est devenu grand
- Conte Apache  -

C’était il y a longtemps… lorsque les hommes avaient un gros problème ;  le ciel était trop bas.

Il était si bas qu'il n'y avait pas de place pour les nuages. Il était si bas que les arbres ne pouvaient pas pousser. Il était si bas que les oiseaux ne pouvaient pas voler. S’ils essayaient, ils se heurtaient aux arbres et aux nuages.

Mais ce qui était plus pénible encore, c’était que le hommes adultes ne pouvaient pas se tenir debout, bien droits comme leur corps le leur demandait. Ils devaient marcher tout penché, en regardant leurs pieds et ne voyaient pas où ils allaient.

Les enfants ne connaissaient pas ce problème. Ils étaient petits, Ils pouvaient se lever aussi droits qu’ils le souhaitaient. Ils ne marchaient pas en regardant leurs pieds et pouvaient voir où ils allaient.

Ils savaient par contre qu’un jour, ils deviendraient des adultes et qu'ils devraient marcher tout penchés en regardant leurs pieds à moins que quelque chose ne se passe.

Un soir, tous les enfants se sont réunis et ils ont décidé de relever le ciel. Les quelques adultes qui les écoutaient riaient sous cape mais soudain, ils ont vu les enfants lever de longs poteaux vers le ciel. Un, deux, trois, quatre…un cri énorme retentit - unnn-uhhhhhh.

Mais rien ne se passe. Le ciel reste comme il a toujours été. Les arbres ne peuvent toujours pas grandir. Les oiseaux ne peuvent toujours pas voler. Il n’y a toujours pas de place pour les nuages et les adultes marchent toujours courbés en regardant leurs pieds sans voir où ils vont.

Le lendemain, les enfants recommencent avec des poteaux plus longs. Un, deux, trois, quatre…un cri énorme retentit - unnn-uhhhhhh. Mais rien ne se passe.

Le soir suivant, les enfants qui sont persévérants essayent encore. Ils prennent des poteaux encore plus longs. Un, deux, trois, quatre…un cri énorme retentit - unnn-uhhhhhh. Mais rien ne se passe.

Le quatrième soir, ils ont trouvé de très très très longs poteaux, les plus longs qu'ils pouvaient trouver et ils se sont mis à compter :  un, deux, trois, quatre…un cri énorme a retentit - unnn-uhhhhhh et le ciel s’est soulevé.

Depuis ce jour, le ciel est à sa place. Les arbres peuvent pousser, les oiseaux peuvent voler sans se heurter aux troncs et aux branches. Les nuages ont de la place pour aller et venir et les hommes peuvent se tenir droit en regardant le ciel.

Mais le plus extraordinaire c’est que lorsque le soleil s’est couché la nuit suivante et qu’il a commencé à faire sombre, le ciel troué par les poteaux des enfants s’est mis à scintiller. Dans chaque trou, il y avait une étoile.
 
La prochaine fois que vous regarderez le ciel, vous saurez que c’est grâce aux enfants que vous pouvez admirer un tel spectacle. Vous repenserez de cette histoire et vous saurez que c'était vrai. 


Saturday, March 14, 2015

Après l'hiver - de Victor Hugo



Après l'hiver
Poème de VICTOR HUGO




N'attendez pas de moi que je vais vous donner
Des raisons contre Dieu que je vois rayonner ;
La nuit meurt, l'hiver fuit ; maintenant la lumière,
Dans les champs, dans les bois, est partout la première.
Je suis par le printemps vaguement attendri.
Avril est un enfant, frêle, charmant, fleuri ;
Je sens devant l'enfance et devant le zéphyre
Je ne sais quel besoin de pleurer et de rire ;
Mai complète ma joie et s'ajoute à mes pleurs.
Jeanne, George, accourez, puisque voilà des fleurs.
Accourez, la forêt chante, l'azur se dore,
Vous n'avez pas le droit d'être absents de l'aurore.
Je suis un vieux songeur et j'ai besoin de vous,
Venez, je veux aimer, être juste, être doux,
Croire, remercier confusément les choses,
Vivre sans reprocher les épines aux roses,
Être enfin un bonhomme acceptant le bon Dieu.

Ô printemps ! bois sacrés ! ciel profondément bleu !
On sent un souffle d'air vivant qui vous pénètre,
Et l'ouverture au loin d'une blanche fenêtre ;
On mêle sa pensée au clairobscur des eaux ;
On a le doux bonheur d'être avec les oiseaux
Et de voir, sous l'abri des branches printanières,
Ces messieurs faire avec ces dames des manières.