T P O

T   P   O
The Patient Ox (aka Hénock Gugsa)

G r e e t i n g s !

** TPO **
an irreligious blog
with egalitarian and individualist tendencies!


On the menu ... politics, music, poetry, and other good stuff.
There is humor, but there is blunt seriousness here as well!


Parfois, on parle français ici aussi. Tous sont les bienvenus!

Intelligent comments are always welcome!

Friday, February 20, 2015

The Vagaries of Old Age - by Hénock Gugsa



The Vagaries of Old Age
by Hénock Gugsa
======= ~~~~~ =======

What are you thinking when you’re 65 and looking at the abyss in front of you … what lies ahead? One thing for sure – it’s going to be full of surprising discoveries about mortality. As far as you are aware, you have not traveled down this road before. It is going to be a new and unique experience despite the testimonials of others older than you.

What are these discoveries? Well, some are small and others are huge. They may be benign or they may be devastating. And since you are now old, you have nothing else to do but to be preoccupied with them. You seek them out, and when you find them (or they find you), you can’t help but dwell on them. You constantly talk about them, you rhapsodize, and you even write about them if you can tie yourself down.

We begin with the positives.

First: you begin to worry less about tomorrow because in effect you are already in tomorrow-land.

You can make a list of things (activities) with which you can occupy yourself. Preferably, they are voluntarily selected by you, and there are no deadlines, and no serious accountability or consequential commitment should be attached to them. The common denominator to these activities is that they be personally rewarding purely for the accomplishment aspect alone.

You may forget things, and as long as you are not in Alzheimer territory, you should relax. Nobody will blame you for forgetting an appointment now and then, and you won’t be expected to remember everything from the past.

You have really no need for a watch or a clock except as tools to remind you of mealtimes and when to go to bed. You don’t care a whit about calendars; every day is really a continuation of the previous one with slight variations. You may notice changes in the weather, and you may even talk about it just for the thrill of annoying someone. But you know there’s nothing you can do about the weather except move somewhere else … and you won’t because you don’t wanna!

Lastly, you notice you have begun to enjoy the little things in life as if you were a little child. And that’s alright because this is the beginning of your second childhood. You enjoy stealing cookies from the cookie jar, telling silly knock-knock jokes, and being bratty like a six-year old. You can get away with tantrums mostly because nobody’s paying you any mind. But you don’t care because you think you rule!

On the negative side …

Sometimes, you are paranoid about bad surprises …. You are now aware that you clear your throat a lot whether you are about to speak or not. There is always either a dryness or an abundance of mucus permeating the entrance, the passageway to the esophageal canal. If you are not careful or attentive, the slightest excitement can bring on a choking fit. What you drink, how you drink … what you eat, how you eat … and even how you lay your head on a pillow can be perilous feats. At night, when you swish the mouthwash in your mouth, don’t even dream of gurgling … focus your mind on what you’re doing. Don’t go off daydreaming!

You need many props in your daily meanderings … railings on stairs, and handle bars in buses, bars, and bathrooms.

When you get up in the morning, you have to take quick stock of your physical status. What is the “ache” level today? You must remember to stretch and do some side-to-side raised knee swings from a horizontal position. Lower back pains could be so debilitating … lumbar herniated disc, sciatica, etc. are as bad as kidney stones or bad toothaches.

Hearing is one of the early problems you encounter. So you have to use your other facilities to make up for the loss. You need, for example, to will yourself to be constantly alert and physically aware of your surroundings. Pace yourself, be smart and use nearby tools to get around the obstacles life keeps throwing your way. Have you heard of something called “CC” or closed-captioning?

Conclusions:

Old age is a whole new ball game. It is something not many people are prepared for. And if you thought you were, you’ll find many undreamt-off surprises in every corner.

One always needs to weigh the carefree abandon one associates with happy old age against the unrelenting daily (moment-to-moment) care and caution one needs to employ.

On balance, it seems to this writer that old age is indeed full of vagaries … some are fun and some are unpleasant. Depending on your philosophical outlook and your mental disposition, you as an old person may turn out to be a good player.


=================== // 

Tuesday, February 17, 2015

"February" - by Margaret Atwood





"February" 
- by Margaret Atwood -


Please click inside the blue box to enlarge









Thursday, February 12, 2015

Slothism - by TPO


Slothism
By TPO



Chronic Fatigue Syndrome Gets a New Name                    
by David Tuller, "WELL" blogs, NY Times
2/10/2015
 ____________________                  

The Institute of Medicine on Tuesday proposed a new name and new diagnostic criteria for the condition that many still call chronic fatigue syndrome.

...

An institute panel recommended that the illness be renamed “systemic exertion intolerance disease,” a term that reflects what patients, clinicians and researchers all agree is a core symptom: a sustained depletion of energy after minimal activity, called postexertional malaise.


*** My take on it:  Why don't they just call it what it is: SLOTHISM.
... and it is not a disease ... it is a predisposition!
Slothism is a perfectly normal state to be in when you are old!!!
       Sloth: medium-sized mammal belonging the families Megalonychidae and Bradypodidae … 
       Scientific name: Folivora
       Daily sleep:        15 – 18 hours
*** If you ask me, hanging on to a tree limb all day long is exhausting   
       work !!!


Sunday, February 8, 2015

Armadillo by Morning - by TPO, David Petete, and D. Douglas Irby

 

TPO: 
Woke up yesterday morning thinking of the 8 years I had wasted in Texas ... then images of armadillos crept into my head ... followed by the song "Amarillo by Morning" ... only the song morphed to "Armadillo by Morning"!!!
Strangely enough, somebody named Petete must have had that same experience a while back ... and put it in a song album.
================
 David Petete:- 
[click the link below to listen to the song, then go back one page ( < ) to come back here.]
Armadillo by Morning
=================
"Armadillo by Morning"
by  D. Douglas Irby *
(with apologies to George Strait)
 ////////////
Armadillo by morning.
Road is hot as hell.
Everything that I got
is right inside my shell.
When the sun is high
in the Texas sky,
I'll be walking down the interstate.
Armadillo by morning.
Armadillo, seeking a mate.

I made a burrow in Houston.
Ate some grubs in Santa Fe.
Mated with a lunchbox
somewhere along the way.
I see a Lone Star can
in my cold dead hands
before the day is said and done.
Armadillo by morning.
Armadillo overrun.

Armadillo by morning,
eyesight's poor as hell.
Everything that I got
is right inside my shell.
I ain't got much time, 
'cause the road ain't kind.
But, the highway's always calling me.
Armadillo by evening.
Roadkill is what I'll be.
Armadillo by evening.
Roadkill is what I'll be.
=================================
* -  © D. Douglas Irby


Friday, February 6, 2015

La Dernière Classe - Alphonse Daudet


La Dernière Classe 
- Alphonse Daudet -

Ce matin-là j'étais très en retard pour aller à l'école, et j'avais grand-peur d'être grondé, d'autant que M. Hamel nous avait dit qu'il nous interrogerait sur les participes, et je n'en savais pas le premier mot. Un moment l'idée me vint de manquer la classe et de prendre ma course à travers champs.

Le temps était si chaud, si clair.

On entendait les merles siffler à la lisière du bois, et dans le pré Rippert derrière la scierie, les Prussiens qui faisaient l'exercice. Tout cela me tentait bien plus que la règle des participes; mais j'eus la force de résister, et je courus bien vite vers l'école.

En passant devant la mairie, je vis qu'il y avait du monde arrêté près du petit grillage aux affiches. Depuis deux ans, c'est de là que nous sont venues toutes les mauvaises nouvelles, les batailles perdues, les réquisitions, les ordres de commandature; et je pensai sans m'arrêter:

«Qu'est-ce qu'il y a encore?»

Alors, comme je traversais la place en courant, le forgeron Wachter, qui était là avec son apprenti en train de lire l'affiche, me cria:

--«Ne te dépêche pas tant, petit; tu y arriveras toujours assez tôt à ton école!»

Je crus qu'il se moquait de moi, et j'entrai tout essoufflé dans la petite cour de M. Hamel.

D'ordinaire, au commencement de la classe, il se faisait un grand tapage qu'on
entendait jusque dans la rue, les pupitres ouverts, fermés, les leçons qu'on répétait très haut tous ensemble en se bouchant les oreilles pour mieux apprendre, et la grosse règle du maître qui tapait sur les tables:

«Un peu de silence!»

Je comptais sur tout ce train pour gagner mon banc sans être vu; mais justement ce jour-là tout était tranquille, comme un matin de dimanche. Par la fenêtre ouverte, je voyais mes camarades déjà rangés à leurs places, et M. Hamel, qui passait et repassait avec la terrible règle en fer sous le bras. Il fallut ouvrir la porte et entrer au milieu de ce grand calme. Vous pensez, si j'étais rouge et si j'avais peur!

Eh bien, non. M. Hamel me regarda sans colère et me dit très doucement:

«Va vite à ta place, mon petit Frantz; nous allions commencer sans toi.»

J'enjambai le banc et je m'assis tout de suite à mon pupitre. Alors seulement, un peu remis de ma frayeur, je remarquai que notre maître avait sa belle redingote verte, son jabot plissé fin et la calotte de soie noire brodée qu'il ne mettait que les jours d'inspection ou de distribution de prix. Du reste, toute la classe avait quelque chose d'extraordinaire et de solennel. Mais ce qui me surprit le plus, ce
fut de voir au fond de la salle, sur les bancs qui restaient vides d'habitude, des gens du village assis et silencieux comme nous, le vieux Hauser avec son tricorne, l'ancien maire, l'ancien facteur, et puis d'autres personnes encore. Tout ce monde-là paraissait triste; et Hauser avait apporté un vieil abécédaire mangé aux bords qu'il tenait grand ouvert sur ses genoux, avec ses grosses lunettes posées
en travers des pages.

Pendant que je m'étonnais de tout cela, M. Hamel était monté dans sa chaire, et de la même voix douce et grave dont il m'avait reçu, il nous dit:

«Mes enfants, c'est la dernière fois que je vous fais la classe. L'ordre est venu de Berlin de ne plus enseigner que l'allemand dans les écoles de l'Alsace et de la Lorraine... Le nouveau maître arrive demain. Aujourd'hui c'est votre dernière leçon de français. Je vous prie d'être bien attentifs.»

Ces quelques paroles me bouleversèrent. Ah! les misérables,voilà ce qu'ils avaient affiché à la mairie.

Ma dernière leçon de français!...

Et moi qui savais à peine écrire! Je n'apprendrais donc jamais! Il faudrait donc en rester là!... Comme je m'en voulais maintenant du temps perdu, des classes manquées à courir les nids ou à faire des glissades sur la Saar! Mes livres que tout à l'heure encore je trouvais si ennuyeux, si lourds à porter, ma grammaire, mon histoire sainte me semblaient à présent de vieux amis qui me feraient beaucoup de peine à quitter. C'est comme M. Hamel. L'idée qu'il allait partir, que je ne le verrais plus me faisait oublier les punitions et les coups de règle.

Pauvre homme!

C'est en l'honneur de cette dernière classe qu'il avait mis ses beaux habits du dimanche, et maintenant je comprenais pourquoi ces vieux du village étaient venus s'asseoir au bout de la salle. Cela semblait dire qu'ils regrettaient de ne pas y être venus plus souvent, à cette école. C'était aussi comme une façon de remercier notre maître de ses quarante ans de bons services, et de rendre leurs devoirs à la patrie qui s'en allait...

J'en étais là de mes réflexions, quand j'entendis appeler mon nom. C'était mon tour de réciter. Que n'aurais-je pas donné pour pouvoir dire tout au long cette fameuse règle des participes, bien haut, bien clair, sans une faute; mais je m'embrouillai aux premiers mots, et je restai debout à me balancer dans mon banc, le coeur gros, sans oser lever la tête. J'entendais M. Hamel qui me parlait:

«Je ne te gronderai pas, mon petit Frantz, tu dois être assez puni... voilà ce que c'est. Tous les jours on se dit: Bah! j'ai bien le temps. J'apprendrai demain. Et puis tu vois ce qui arrive... Ah! ç'a été le grand malheur de notre Alsace de toujours remettre son instruction à demain. Maintenant ces gens-là sont en droit de nous dire: Comment! Vous prétendiez être Français, et vous ne savez ni parler ni écrire votre langue!... Dans tout ça, mon pauvre Frantz, ce n'est pas encore toi le plus coupable. Nous avons tous notre bonne part de reproches à nous faire.

«Vos parents n'ont pas assez tenu à vous voir instruits. Ils aimaient mieux vous envoyer travailler à la terre ou aux filatures pour avoir quelques sous de plus. Moi-même n'ai-je rien à me reprocher? Est-ce que je ne vous ai pas souvent fait arroser mon jardin au lieu de travailler? Et quand je voulais aller pêcher des truites, est-ce que je me gênais pour vous donner congé?...»

Alors d'une chose à l'autre, M. Hamel se mit à nous parler de la langue française, disant que c'était la plus belle langue du monde, la plus claire, la plus solide: qu'il fallait la garder entre nous et ne jamais l'oublier, parce que, quand un peuple tombe esclave, tant qu'il tient sa langue, c'est comme s'il tenait la clef de sa prison... Puis il prit une grammaire et nous lut notre leçon. J'étais étonné de voir comme je comprenais. Tout ce qu'il disait me semblait facile, facile. Je crois aussi que je n'avais jamais si bien écouté, et que lui non plus n'avait jamais mis autant de patience à ses explications. On aurait dit qu'avant de s'en aller le pauvre homme voulait nous donner tout son savoir, nous le faire entrer dans la tête d'un seul coup.

La leçon finie, on passa à l'écriture. Pour ce jour-là, M. Hamel nous avait préparé des exemples tout neufs, sur lesquels était écrit en belle ronde: France, Alsace, France, Alsace. Cela faisait comme des petits drapeaux qui flottaient tout autour de la classe pendu à la tringle de nos pupitres. Il fallait voir comme chacun s'appliquait, et quel silence! on n'entendait rien que le grincement des plumes sur le papier. Un moment des hannetons entrèrent; mais personne n'y fit attention, pas même les tout petits qui s'appliquaient à tracer leurs bâtons, avec un coeur, une conscience, comme si cela encore était du français... Sur la toiture de l'école, des pigeons roucoulaient bas, et je me disais en les écoutant:

«Est-ce qu'on ne va pas les obliger à chanter en allemand, eux aussi?»

De temps en temps, quand je levais les yeux de dessus ma page, je voyais M. Hamel immobile dans sa chaire et fixant les objets autour de lui comme s'il avait voulu emporter dans son regard toute sa petite maison d'école... Pensez! depuis quarante ans, il était là à la même place, avec sa cour en face de lui et sa classe toute pareille. Seulement les bancs, les pupitres s'étaient polis, frottés par l'usage; les noyers de la cour avaient grandi, et le houblon qu'il avait planté lui-même enguirlandait maintenant les fenêtres jusqu'au toit. Quel crêve-coeur ça devait être pour ce pauvre homme de quitter toutes ces choses, et d'entendre sa soeur qui allait, venait, dans la chambre au-dessus, en train de fermer leurs malles! car ils devaient partir le lendemain, s'en aller du pays pour toujours.

Tout de même il eut le courage de nous faire la classe jusqu'au bout. Après l'écriture, nous eûmes la leçon d'histoire; ensuite les petits chantèrent tous ensemble le BA BE BI BO BU. Là-bas au fond de la salle, le vieux Hauser avait mis ses lunettes, et, tenant son abécédaire à deux mains, il épelait les lettres avec eux. On voyait qu'il s'appliquait lui aussi; sa voix tremblait d'émotion, et c'était si drôle de l'entendre, que nous avions tous envie de rire et de pleurer. Ah! je m'en souviendrai de cette dernière classe...

Tout à coup l'horloge de l'église sonna midi, puis l'Angelus. Au même moment, les trompettes des Prussiens qui revenaient de l'exercice éclatèrent sous nos fenêtres... M. Hamel se leva, tout pâle, dans sa chaire. Jamais il ne m'avait paru si grand.

«Mes amis, dit-il, mes amis, je... je... »

Mais quelque chose l'étouffait. Il ne pouvait pas achever sa phrase.

Alors il se tourna vers le tableau, prit un morceau de craie, et, en appuyant de toutes ses forces, il écrivit aussi gros qu'il put:

«VIVE LA FRANCE!»

Puis il resta là, la tête appuyée au mur, et, sans parler, avec sa main il nous faisait signe:

«C'est fini...allez-vous-en.»